Rencontre avec Lauriane :

créatrice d’un food-truck « zéro déchet » !

Lauriane a ouvert une épicerie itinérante Zéro Déchet dans les Bouches-du-Rhône.

Lauriane est la jeune maman de deux enfants de 7 et 4 ans, Jade et Tristan. Mais, ça n’est pas tout ! Elle a aussi un autre bébé… qui fête ses deux ans cette année : son food-truck, qu’elle a baptisé « Au pois chiche » !

Il n’y a pas de hasard…

Lauriane a toujours été soucieuse de son environnement, de son impact sur la nature. La naissance de ses enfants a accentué sa réflexion. Lui donnant soif d’autre chose, et envie d’explorer d’autres façons de vivre, et de consommer. Première étape : la jeune femme a commencé par utiliser des couches lavables, puis elle s’est lancée dans le compost. Son but, c’était déjà de tendre vers une démarche zéro déchet. Manquait peut-être le dernier petit déclic. Un reportage sur Béa Johnson (la blogueuse et conférencière spécialiste du mode de vie « zéro déchet ») l’a aidée à finaliser sa démarche. Et à chercher comment faire différemment.

Comment ? Venons-y.

« J’ai commencé à vouloir consommer des aliments en vrac », se souvient la jeune femme. Mais là, un problème s’est vite posé : il n’y avait pas une offre très importante en pays d’Aix. Lauriane a réfléchi, laissant l’idée faire son chemin et mijoter… et c’est de là, qu’est né son projet de food-truck ! Elle avait maintenant tous les ingrédients pour se lancer dans l’aventure.

Le principe de son camion ?

Se déplacer et se garer sur différents marchés de la région. Là, les clients apportent leurs propres emballages, leurs contenants, puis ils achètent des aliments au poids. Un régal qui en plus d’être « zéro déchet » est un bon moyen de réaliser des économies : on ne paie que le contenu, et non les contenants de ce que l’on achète (et dont on a besoin). D’autant que l’offre est variée…

Lauriane a pensé à tout.

Au food-truck, on peut trouver un outil très pratique pour transporter sa nourriture sans utiliser de plastique : les Apifilms. Comme un film alimentaire, il permet de recouvrir les bocaux, les plats, mais aussi d’emballer des sandwichs et des biscuits. Bref, tout ce que Lauriane propose à la vente. Réalisé par une apicultrice en Isère, cet Apifilm est conçu avec de la cire d’abeille, de la résine de pin et de l’huile de coco sur un tissu blanc. Il est donc parfaitement compatible avec une utilisation alimentaire. Après une utilisation, il suffit de le laver à l’eau froide pour pouvoir le réutiliser. Les clients adhèrent parfaitement à la démarche proposée par Lauriane, dont la vie a complètement évolué…

Un changement progressif

Pour elle, adopter ce mode de vie s’est fait progressivement : « C’est un peu en fonction de sa vie, du moment… il y a des moments où l’on recule, d’autres où l’on avance. Avec l’arrivée d’un deuxième enfant il y a des choses qui deviennent plus faciles, d’autres plus compliquées. Mais on arrive à trouver son petit rythme ». A ses clients, sur les marchés, la jeune commerçante, passionnée par les valeurs qu’elle défend, explique que ce changement peut se mettre en place à n’importe quel moment. Plusieurs de ses clientes ont commencé lorsque leurs enfants étaient déjà à l’école. Et les petits se sont très bien acclimatés aux nouvelles habitudes, notamment alimentaires. La preuve que l’on peut consommer et manger bien et bon.

Rédigé par Isaure Ghendrih-Feillant avec Séverine Paridini-Battesti