Dr Jean Lefèvre, notre expert santé du mois

Comment éviter les perturbateurs endocriniens quand on est enceinte ?

Retour
09.02.2021
Médecins

Fiche d'identité

Notre expert santé du mois : Dr Jean Lefèvre
Profession : Cardiologue retraité
Ville :
Aubagne

L’interview Santé !

Pour cette nouvelle année, vous vous êtes souhaités un petit bébé ou vous l’attendez déjà ?

Dans ce cas, il vous faut lire la suite pour éviter tous les vilains perturbateurs endocriniens qui peuvent se mettre en travers de votre chemin !

Voici le résumé de notre entretien sur le sujet avec le Dr Jean Lefèvre, l’un de nos experts Mère Nature, spécialiste du sujet et membre de l’Association Santé Environnement France.

Bonjour Docteur, avant toute chose, qui sont les perturbateurs endocriniens ?

Un perturbateur endocrinien est une substance chimique pouvant interférer avec notre système hormonal et ainsi détraquer notre organisme et surtout celui de nos enfants. De nombreux pesticides, les parabènes, les bisphénols, mais aussi le tabac et l’alcool ont des propriétés perturbatrices endocriniennes.

A quelle dose ces perturbateurs endocriniens sont-ils dangereux ?

Leur particularité est qu’une faible dose pourrait suffire à accroître le risque de développer une maladie liée au système hormonal. De plus, nous sommes soumis à plusieurs polluants en même temps et les interactions qui se produisent entre eux sont également difficiles à évaluer. C’est ce qu’on appelle l’effet cocktail.

Bébé

Quels impacts les perturbateurs endocriniens ont-ils sur la santé ?

Ils sont mis en cause dans certains cas de troubles de la reproduction ou d’infertilité, dans des cas de cancers hormonodépendants (seins, prostate, testicules), dans des cas de troubles métaboliques (obésité, diabète) mais aussi dans le développement de pathologies comme l’autisme ou l’hyperactivité. De plus, et c’est fondamental, le développement du fœtus et du bébé sont influencés par les hormones sexuelles ou autres.

Pouvons-nous décrire exactement tout ce que ces perturbateurs hormonaux peuvent faire ?

Mais, il est très difficile de tout évaluer… En effet, ces polluants sont loin d’avoir un effet immédiat. L’infertilité d’un homme adulte par exemple peut être en partie liée à l’exposition de sa mère lorsqu’elle était enceinte de lui. C’est pourquoi il est difficile de mesurer leur impact précisément mais les études expérimentales et épidémiologiques confirment ces impacts. Ces effets se manifestent par des pathologies endocriniennes, parfois des risques de cancers hormonaux dépendants mais ils semblent aussi jouer un rôle important dans la survenue d’obésité et de diabète. Enfin, il faut se rappeler que le développement neuro-cérébral du fœtus est influencé par les hormones thyroïdiennes.

Y sommes-nous tous sensibles de la même façon ?

Non. Cela va dépendre aussi de notre susceptibilité génétique. On peut faire un parallèle avec l’alcool. Nous ne le supportons pas tous de la même façon. Idem pour les perturbateurs endocriniens.


Leur particularité est qu’une faible dose pourrait suffire à accroître le risque de développer une maladie liée au système hormonal.


Le moment auquel on y est exposé a-t-il également une importance ?

Absolument, les gènes ne font pas tout, la période d’exposition compte aussi. Certaines maladies trouvent leurs origines aux premiers moments de la vie. En effet, tout ce qui contamine la mère peut aussi affecter le fœtus. Les femmes enceintes doivent donc être particulièrement vigilantes.

Comment s’en préserver ?

Lire la méthode Mère Nature est déjà un bon début !

Partager l'article

Ces interviews pourraient vous intéresser