Je suis enceinte. Comment arrêter de fumer ?

Elif Altinkaynak, Sage-Femme au Centre Hospitalier de Denain

Retour
09.11.2021
Les experts maternité de Mère Nature Speaking !

Fiche d'identité

Notre experte santé du mois : Elif Altinkaynak
Profession : Sage-Femme à la maternité du centre Hospitalier de Denain
Ville : Denain (Nord)

Aujourd’hui en France, une femme sur cinq fumerait en étant enceinte selon les chiffres du baromètre sur le tabac du ministère de la Santé !

A l’occasion du mois sans tabac, nous avons posé quelques questions sur fertilité, grossesse et tabagisme, à Elif Altinkaynak, Sage-Femme spécialiste de la question à la maternité de l’Hôpital de Denain dans le Nord – qui est également partenaire de Mère Nature

Fumer enceinte, quels sont les risques ?

Tabac et fertilité

Commençons par le commencement, le fait d’être fumeuse ou fumeur réduit-il les chances de concevoir ?

Oui, le tabagisme actif ou passif réduit la fécondité.

Pour les femmes ?

Pour elles, la baisse de fertilité est surtout liée à une diminution de la mobilité des cils tapissant les trompes utérines. Ces cils microscopiques sont indispensables à la grossesse, car ils permettent aux ovules d’accomplir leurs voyages des ovaires vers l’utérus.

Et pour les hommes, le tabac diminue aussi leur “fertilité” ?

Chez eux, fumer altère la qualité et la quantité des spermatozoïdes. Cela réduit leur mobilité et diminue donc leurs chances de pénétrer dans l’ovule. De plus, le tabac fragilise l’ADN des spermatozoïdes ce qui induit des embryons plus fragiles et augmente donc le risque de fausses couches.

Quel accompagnement conseillez-vous pour arrêter ?

Je pense qu’il ne faut donc pas avoir peur de la substitution nicotinique à l’aide de patchs, gommes à mâcher, etc. En effet, la nicotine est la molécule addictive qui donne cette envie irrépressible de fumer. Mais c’est de loin le monoxyde de carbone qui est le plus toxique. Avec le substitut à base de nicotine, on peut déjà permettre au cerveau de « s’apaiser », car il reçoit sa dose habituelle de nicotine. Cela permet d’aborder l’arrêt du tabac bien plus sereinement. N’hésitez pas à vous faire suivre par un professionnel de santé spécialisé dans l’arrêt du tabac. Il dispose d’un appareil qui mesurera le taux de monoxyde de carbone et adaptera le dosage du patch en fonction.

Grossesse et cigarette : quels sont les risques pour le bébé ?

Tabac et grossesse

Quels sont les risques pour la maman lorsqu’on fume enceinte ?

Fumer lorsque l’on est enceinte augmente de façon significative certaines complications tel que :

  • les grossesses extra-utérines,
  • les fausses couches,
  • les accouchements prématurés
  • et les hématomes retro placentaires.

Pendant le post-partum, le tabac augmente également le temps de cicatrisation (plaie de césarienne, etc.).

Et pour le bébé, quels sont les risques ?

Fumer pendant la grossesse réduit l’apport d’oxygène du fœtus. Sur le long terme, ce manque d’oxygène chronique provoque un retard de croissance de l’enfant à naître avec une diminution du poids et de la taille à la naissance. Les nouveau-nées ont alors plus de difficultés à s’adapter à la vie extra-utérine (régulation thermique, hypoglycémie, etc.). Ces bébés sont également plus à risque de morts subites du nourrisson ou de développer de l’asthme, des bronchites et d’avoir des coliques.

On entend parfois qu’il vaut mieux fumer un peu que d’être trop stressée en arrêtant. Est-ce vrai ?

Nous savons que le bébé ressent les émotions de sa mère. Cependant, le bénéfice de l’arrêt du tabac est tel qu’il fait complètement basculer la balance bénéfice vers l’arrêt total du tabac.

Y’a-t-il un nombre de cigarettes au-delà duquel fumer devient vraiment dangereux ?

Les risques précédemment évoqué augmente bien évidemment en fonction du nombre de cigarette fumé mais surtout en fonction du taux de CO. Je m’explique : deux personnes fumant chacune le même nombre de cigarette par jour n’auront pas le même taux de CO car leurs manières de « tirer » sur la cigarette sont différentes.

Qu’en est-il du tabagisme passif de la femme enceinte ?

Le tabagisme passif est tout aussi nocif que le tabagisme actif.

Quel accompagnement conseillez-vous pour arrêter ?

L’arrivé d’un bébé est un moment clé pour l’arrêt du tabac. Il faut en profiter ! Certaines maternités comme la nôtre (ndlr : la maternité de Denain dans le 59) proposent des consultations de tabacologie réalisées par des sages-femmes pour les couples attendant un enfant et souhaitant arrêter de fumer. Rappelons que les patchs à la nicotine sont autorisés durant la grossesse.

Tabac et allaitement

Fumer en allaitant : quels sont les risques ? Est-ce qu’il vaut mieux que je n’allaite pas ? Ou pas ?

Bien que la nicotine passe dans le lait maternel, il est vivement recommandé d’allaiter et en particulier chez les femmes fumeuses. L’allaitement maternel long neutralise les effets néfastes du tabac sur le nourrisson (asthme, infection ORL, retards de croissance, coliques, irritabilité…) et favorise le lien mère-enfant. Cela permet également d’éviter un sevrage nicotinique trop brutal pour le bébé… Si la mère a fumé enceinte, lui aussi est dépendant à la naissance.

Si je n’arrive vraiment pas à arrêter, une astuce pour limiter les dégâts ?

Il est recommandé de fumer juste après une tété. Cela permet aux substances nocives d’être moins concentrées dans le lait.

Partager l'article

Ces interviews pourraient vous intéresser