Adeline, notre Mère Veilleuse de la semaine #31

Maman de Loélie, 10 ans

Retour
17.05.2020
Influenceuses

Fiche d'identité

Prénom : Adeline
Âge : 44 ans
Profession : Enseignante et chercheuse en littérature médiévale à l’Université d’Aix-Marseille
Ville : Aix-en-Provence
Maternité où sa fille est née : Hôpital d’Aix-en-Provence
Écologiquement intraitable sur : Les produits ménagers
Ce qui vous manque pour être plus écolo : Plus de résistance à la tentation en général !
Site Internet : www.fortybeauty.com
Compte Instagram : @forty_beauty

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre d’Adeline, maman et enseignante-chercheuse en lettres à l’Université d’Aix-Marseille. Spécialisée en littérature médiévale, elle est aussi à l’origine de Forty Beauty. Un blog qui n’a absolument rien à voir avec le Moyen-Âge et qui fait la part belle aux cosmétiques naturels. Voici son portrait.

Une maman “biotiful” !

Bonjour Adeline, Vous êtes enseignante. Alors première question d’actualité qui nous brûle les lèvres, est-ce que ça a été facile pour vous de faire cours à votre fille pendant le confinement ?

Disons qu’on a l’habitude au niveau pédagogique … Mais par contre, émotionnellement, c’est moins facile ! Il m’a fallu prendre sur moi pour rester calme !

Je pense que vous rassurez beaucoup de parents en disant cela ! Votre fille a 10 ans, est-ce que vous avez fait attention à l’environnement pendant votre grossesse ?

Oui, j’ai toujours essayé de faire attention à l’environnement. Il y a dix ans, j’étais donc déjà vigilante même si on en parlait moins qu’aujourd’hui. Mais, j’utilisais déjà des produits ménagers écologiques et sur le plan des cosmétiques, j’ai également fait très attention pendant ma grossesse. Enceinte, je n’ai utilisé que des marques comme Lavera ou Dr.Hauschka, qui n’étaient pourtant pas encore très « glam » à l’époque !

Il y a 5 ans vous avez fondé le blog Forty Beauty dédié aux cosmétiques. Qu’est-ce qui vous a amenée à lancer ce site ?

Au départ, mon objectif était de répondre à un besoin qui était le mien. J’en avais marre d’avoir comme seul vecteur d’informations des magazines qui étaient en fait des supports pour de vastes campagnes de pub. Je cherchais donc à avoir des infos avec des avis de consommateurs réels ! Les cosmétiques coûtent chers et je voulais donc pouvoir en acheter sans craindre de me tromper.

Et vous testez uniquement des cosmétiques labellisés bio ?

Non, pas uniquement. Je teste tous les cosmétiques sans discrimination. Néanmoins, au fil du temps, je me suis mise à faire de plus en plus attention à certains composants. Je suis particulièrement vigilante aux compositions et je traque les parabènes, les membres de la famille des « quat », les silicones ou encore les nano-plastiques. Certains peuvent être présentés comme sans danger pour la santé, mais sont une catastrophe absolue pour l’environnement. Quand je reçois des produits en contenant, je dénonce systématiquement leur présence. Ce sont des molécules sournoises qui, sur le long terme, nous conduisent à la catastrophe.

Et comment vous renseignez vous sur toutes ces molécules ?

Au fil de mes articles pour Forty Beauty, j’ai appris et découvert plein de choses. Au départ, je regardais principalement l’efficacité du produit. Maintenant je m’intéresse à la liste de composants… J’utilise des sources d’informations comme le site La vérité sur mes cosmétiques. Mais, je vais aussi parfois chercher plus loin sur des sites dédiés à la chimie. Petit à petit, on apprend à faire le tri et à repérer les marques qui font du « Green washing ». Je pense d’ailleurs qu’une des victoires des influenceuses cosmétiques est de forcer les marques à dépolluer leurs formules. Les « traditionnelles » sont maintenant obligées de faire attention à ce qu’elles mettent dans leur composition – sinon elles se font très vite coller au pied du mur. Quant aux marques bio, la micro-influence leur permet d’être mises en valeur différemment et de pouvoir ainsi développer des produits pour un public plus large. Donc, l’influence beauté c’est futile, sans vraiment l’être !

On l’a compris, vous êtes experte en cosmétique. Et sur le reste, comment êtes-vous passée à l’action pour dépolluer votre quotidien ?

J’essaie de favoriser le Zéro Déchet. J’ai par exemple trouvé des éponges qui passent à 90° en machine. Dès que possible, j’achète en vrac. Je privilégie les cosmétiques solides. J’ai trouvé un savon extraordinaire et écologique, qui fait des miracles contre l’eczéma, que je recommande d’ailleurs sur mon blog. Il s’agit du savon Melo Ayurveda. De manière générale, je dirais que je limite les emballages, je privilégie le bio et le local et j’essaie d’acheter d’occasion quand c’est possible. Mais nous ne sommes pas ayatollah du bio non plus. On essaie dans la mesure de nos moyens d’apporter notre pierre à l’édifice. Mais, j’avoue que c’est parfois tentant de s’acheter un tee-shirt qui a fait le tour de la planète.

Est-ce que votre conjoint vous soutient dans ces actions de dépollution ?

Je grignote du terrain, mais ce n’est pas simple ! Il aime bien tout ce qui est jetable. Il se bat pour garder de l’essuie-tout et des serviettes en papier. Mais je ne lâche rien !!

Le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer !?

Il y en a plein ! Mais, s’il faut en choisir un: je dirais ma douche chaude et longue tous les soirs !

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser