Bruno, notre Père Veilleur de la semaine #40

Papa de Manon, 9 ans et Paul, 7 ans

Retour
19.07.2020
Pères Veilleurs

Fiche d'identité

Prénom : Bruno
Âge : 38 ans
Profession : Chargé de clientèle immobilier dans une banque
Ville : Grans (Bouches-du-Rhône)
Surnom donné à ses enfants : Ma poulette et paulo
Maternité où ses enfants sont nés : Maternité de l’Etoile à Aix-en-Provence
Écologiquement intraitable sur : Les déchets qui traînent par terre
Ce qui vous manque pour être plus écolo : Plus de constance

L’interview de notre Père Veilleur de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Bruno, papa de Manon, 9 ans et Paul, 7 ans.

Marié à une fan de pâtisserie – dont on peut voir les exploits sucrés sur Instagram – il a eu la gentillesse de poser quelques minutes sa cuillère de cheesecake à la framboise pour nous parler de son rôle de papa et de sa façon de limiter les polluants.

Voici son portrait.

Un papa gâteau !

Bonjour Bruno, alors d’abord, ce confinement en tant que papa c’était comment ?

Dur ! Au quotidien, il a fallu trouver un rythme, ce qui n’a pas été évident. Comme beaucoup de familles avec des enfants jeunes, nous devions faire l’école à la maison, tout en continuant à gérer les tâches ménagères et les repas et ce, tout en travaillant bien sûr… C’était vraiment épuisant.

C’est vous qui gériez les repas ? Votre femme fait uniquement les desserts alors ?

Euh… si je réponds oui, elle va me tuer ! Donc, je vais plutôt dire, elle s’occupait de faire à manger aussi bien sûr, mais comme elle faisait déjà beaucoup de choses, j’ai assuré pas mal de repas pendant ce confinement. J’aime bien cuisiner des recettes de grands-mères avec de bons produits comme le bœuf bourguignon. On essaie de consommer au maximum des fruits et légumes de saison qui ont poussé dans notre région. Et on s’est même lancé dans un potager – j’avoue à l’initiative de ma femme – dans lequel on ne met aucun produit.

Diriez-vous que c’est le fait de devenir papa qui vous a incité à faire plus attention à ces questions environnementales ?

Honnêtement, je ne sais pas si ça vient de là. Je crois que c’est une prise de conscience progressive qui vient en vieillissant aussi. Tout va dans ce sens et c’est tant mieux. Professionnellement, nous avons depuis les derniers années de plus en plus de messages qui nous incitent à aller vers plus de durable. On nous sensibilise sur notre empreinte carbone, sur les impressions, sur la consommation énergétique de nos postes de travail, etc.

Avec votre femme, vous vous soutenez mutuellement dans cette démarche ?

Complètement ! C’est elle qui a initié le tri des déchets chez nous. Mais, j’ai suivi ! On fait une bonne équipe.

Le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer !?

Des toilettes normales. Je ne suis pas du tout prêt pour les toilettes sèches.

Bruno Valette Balade

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cécile VALETTE (@cecile_gourmandises) le

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser