Claire, notre Mère Veilleuse de la semaine #26

Maman de Gabriel, 6 ans, Garance, 5 ans et Hector, 2 ans

Retour
12.04.2020
Mères en Eco-Entreprises

Fiche d'identité

Prénom : Claire
Âge : 37 ans
Profession : Chef d’entreprise
Ville : Saint Gondon (dans le département du Loiret)
Surnom donné à ses enfants : Poussin, Baba et Petit frère
Maternités où elle a accouché : Maternité de Sainte Félicité à Paris
Écologiquement intraitable sur : L’alimentation
Ce qui vous manque pour être plus écolo : Du temps !
Compte Insta : @clairedigard ou @objet_pub_projetek

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Claire, maman de trois jeunes enfants et chef d’entreprise. Elle connait bien les petits sacs “Mère Nature” puisque c’est sa société spécialisée dans les objets publicitaires écologiques qui les fournit depuis le début. Elle nous parle ici de ses engagements pour la planète ! Voici son portrait.

Une maman qui a de la suite dans les idées !

Bonjour, La première question qu’on a envie de vous poser, c’est comment avez-vous eu l’idée de créer un site spécialisé dans les objets publicitaires écologiques ?

Bonne question ! Je suis diplômée de l’école de commerce de Marseille et j’ai commencé par travailler dans le monde du luxe en tant que contrôleur de gestion…Ce qui n’a pas grand chose à voir avec le développement durable ! Mais j’ai toujours été sensible à l’environnement. Une sensibilité qui a été accrue par un stage en Suède. En 2008, peu de temps après mon diplôme, j’ai donc lancé Version Ecologique qui proposait à l’époque des fournitures de bureau écologiques. En voulant répondre à la demande de mes clients, je me suis transformée en distributeur d’objets publicitaires écologiques presque sans m’en rendre compte !

Du coup, c’est quoi un objet publicitaire écologique ?

C’est un objet qui va vous faire connaître, mais sans détruire ou polluer la planète pour autant. Par exemple, nos totes bags sont labellisés Gots, c’est à dire qu’ils sont fabriqués dans des conditions de commerce équitable avec du coton bio (Oeko-Tex). Tous nos supports papiers sont bio-sourcés : blocs-notes, etc. Nous proposons également de personnaliser des objets utiles pour lutter contre la pollution : gourdes en inox, cartes à graines, etc.

Mais comment fait-on pour gérer une PME comme la vôtre en ayant trois jeunes enfants !?

On a une organisation au millimètre – quasi militaire même ! Mais, ça rentre ! Il faut reconnaître que je travaille à 5 kilomètres de chez moi, ce qui m’évite de perdre du temps dans les bouchons et que comme je suis à mon compte, je gère mon temps comme je le souhaite. Je crois aussi qu’il faut savoir se fixer des objectifs accessibles et se dire qu’à chaque jour suffit sa peine !

Et dans cette organisation millimétrée y’a t-il une place pour l’environnement ?

Bien sûr ! Nous essayons de consommer du bio – surtout pour les enfants. Nous habitons à la campagne, donc, nous avons la chance d’avoir des producteurs locaux bio à proximité. Nous avons notre propre potager bio. Nous faisons le tri – c’est plus simple pour nous car nous avons de la place. Pour les produits ménagers, nous privilégions également les recettes de grands-mères ou les éco-labellisés. Pour les vêtements des enfants, je fais attention à ce qu’ils soient labellisés Oeko-Tex. Pour les couches du petit dernier, on a fait confiance à Mère Nature en optant pour Love & Green. D’une façon générale, on essaie de ne pas acheter des choses dont on a pas besoin et de ne pas gâcher.

Et ces bonnes pratiques, vous les avez mises en place depuis quand ? Est-ce que le fait de devenir maman vous a incité à plus de vigilance ?

Oui ! J’ai toujours été un peu “parano” par rapport à tous ces polluants cachés. Depuis mes grossesses, je fais très attention à la composition des cosmétiques. Pour les chambres des enfants, seules les peintures écolabelisées ont été autorisées !

Et le papa, il le vit comment ?

A partir du moment où ça ne lui complique pas la vie, disons qu’il m’encourage ! Il est agriculteur, donc il est particulièrement averti des risques liés à l’utilisation des produits chimiques et évidemment des phytosanitaires. Il voit donc ces tentatives de limiter la multiplication d’un bon œil !

Et la dernière question, le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer ?

Ma voiture !

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser