Devenir maman malgré l'endométriose : le parcours de Vanessa

Mère Veilleuse de Nino, 3 ans et demi, Léo, 2 ans et enceinte de son troisième enfant

Retour
28.03.2021
Mères Professionnelles de santé

Fiche d'identité

Prénom : Vanessa
Âge : 30 ans
Profession : Aide-soignante
Ville : Aix-les-Bains
Prénom et âge de ses enfants : Nino, 3 ans et demi, Léo, 2 ans et enceinte de son troisième enfant prévu pour avril
Compte Insta : @happy_nesse

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Vanessa. Souffrant d’endométriose, cette jeune maman de deux garçons, Nino et Léo, attend son troisième enfant.

L’endométriose est une cause malheureusement fréquente d’infertilité. Tomber enceinte a donc été pour elle un véritable combat. Mais la maladie n’a pas eu raison de son désir d’enfant. Cette aide-soignante de 30 ans est aujourd’hui une maman comblée et épanouie.

Elle nous livre ici l’histoire de son combat pour devenir maman !

Trois choses à savoir sur sa maternité !

Ce que vous aimeriez que vos enfants disent de vous : 

Qu’ils ont ressenti beaucoup d’amour et de tendresse, même si ce n’était pas parfait et que je me suis parfois mise en colère !

Pour vous, la Mère Idéale, elle fait… 

…comme elle peut !

Votre envie bizarre pendant vos grossesses ? 

Pour mes premières grossesses, j’avais envie de manger très gourmand. Pour la dernière, j’ai surtout envie de plats légers et sains.

Nos questions. Ses réponses.

La métamorphose

Avant de devenir maman, elle était comment votre vie ?

Ma vie était bien moins remplie. Je pouvais aller voir des amis ou aller boire un verre sans me soucier de l’heure. J’étais libre. Je faisais aussi beaucoup d’activités manuelles. Sans enfant, la vie est beaucoup moins rythmée !

Quand avez-vous eu envie d’être mère pour la première fois ?

Lorsque j’ai vu ma cousine enceinte ! Je ne sais pas l’expliquer, mais ça a réveillé quelque chose en moi, j’ai eu un déclic. Nous avons ensuite essayé d’avoir un bébé, mais mon endométriose, et l’infertilité qui s’en suit, nous a sérieusement mis à l’épreuve. C’était un calvaire. J’avais l’impression que tout le monde tombait enceinte sauf moi. Mon moral était au plus bas… C’était même difficile de se réjouir pour les autres. Puis, nous avons déménagé et finalement, un mois plus tard je suis tombée enceinte.

Une fois enceinte, comment s’est passée votre grossesse avec l’endométriose ?

C’était une grossesse très attendue et assez particulière je dirais. Dès ma première échographie, on a trouvé une masse suspecte de 8cm dans l’utérus. Etant aide-soignante, le milieu médical m’est familier, et je me suis vite inquiétée. Finalement, le kyste était dû à l’endométriose et ne gênait pas la grossesse. Puis après 6 mois, il s’est fissuré. Alors on m’a hospitalisée pour que je sois sous surveillance, même s’il n’y avait rien de grave. Malgré tout, je considère que j’ai quand même vécu une première grossesse idyllique.

Mère (mais pas que !)

Et maintenant que vous êtes maman, elle est comment votre vie ?

Bien différente ! Je ne sors jamais de mon rôle de maman. J’ai un quotidien très rythmé où les pauses sont rares. J’adore cette nouvelle vie, je me sens épanouie. C’est un vrai plaisir pour moi de me lever chaque matin pour m’occuper de mes enfants. Même s’il est vrai qu’il y a des jours plus durs que d’autres. Il faut beaucoup d’organisation pour tenir les journées. Par exemple, je prévois mes menus pour la semaine à l’avance pour gagner du temps et éviter les imprévus.

Qu’est-ce que vous n’avez plus fait depuis que vous êtes mère et qui vous manque ?

Dormir ! Et je dirais le silence aussi. Quand les enfants vont chez mes parents, je peux retrouver ma vie d’avant le temps d’un week-end et j’en profite à fond.

Et puisqu’on est sur le site de “Mère Nature”, parlons deux minutes d’environnement pour finir ! Quel est le truc « Green » que vous faites et que votre conjoint ne supporte plus ou ne comprend pas ?

Mon conjoint partage mon avis sur les gestes écolos. C’est plutôt mon entourage qui me dit de ne pas trop m’embêter avec tout ça. Je fais mes lingettes lavables, on essaye de consommer local et Monsieur utilise beaucoup le vélo. On aimerait être plus rigoureux dans le zéro déchet, mais on s’y met doucement. Pour l’instant, nous utilisons déjà des shampoings solides, nous avons notre potager et nous faisons même notre propre vinaigre !

Et pour conclure…

En un mot, vous diriez que vous êtes une maman qui….

…n’est pas parfaite mais qui se dépasse chaque jour pour donner le meilleur pour ses enfants.

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser