Directrice marketing de Rainett et maman de 3 enfants : découvrez le quotidien de Delphine

Mère Veilleuse de Daphné, 8 ans, Ludivine, 5 ans, et Gaspard, 4 ans


Retour
05.01.2020
Sauver la santé de la planète

Fiche d'identité

Prénom : Delphine
Age : 42 ans
Ville : Sceaux en région parisienne
Surnoms donnés à ses enfants : Lapinette des neiges, Lulu et Gasparou
Maternités de naissance : Hôpital Antoine-Béclère à Clamart
Ecologiquement intraitable sur : Le tri des déchets
Ce qui vous manque pour être plus écolo : Du temps !
Site Internet : www.rainett.fr

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Delphine, maman de trois enfants et directrice marketing de Rainett.

Rainett propose des produits ménagers écologiques et est l’un des grands partenaires de Mère Nature.

Elle n’a pas vraiment le temps de souffler, mais elle a quand même pris 5 minutes pour répondre à nos questions ! Voici donc l’interview d’une mère veilleuse qui ne se ménage pas !

Une maman qui ne se ménage pas !

Bonjour Delphine, d’abord, la première question qu’on a envie de vous poser, c’est pas trop dur de concilier vie professionnelle de directrice marketing de Rainett et vie personnelle quand on a trois enfants !?

Effectivement, je ne vais pas dire que c’est toujours simple ! J’ai un poste qui demande une forte implication avec des enjeux et des responsabilités. Mais avec de l’organisation, je crois qu’on peut tout concilier. De plus, j’ai la chance de travailler pour Rainett. C’est une entreprise vigilante, qui veille à l’équilibre professionnel et personnel de ses salariés. Ca aide !

A quel moment avez-vous commencé à faire attention aux Perturbateurs Endocriniens ?

Mes grands-parents, hollandais, étaient totalement écolo ! Quand je suis devenue maman, de nombreux réflexes acquis avec eux pendant l’enfance sont revenus. J’ai donc accentué ma chasse aux polluants. Enceinte, je me suis posée de nombreuses questions sur mon alimentation, sur mes cosmétiques, et sur mes produits ménagers. Ensuite, à l’arrivée des enfants, j’ai réfléchi aux contenants chauffés au micro-ondes, aux meubles dans leurs chambres, aux peintures, aux doudous, aux lingettes, etc.

Comment vous êtes-vous renseignée sur ces polluants ?

Ce n’est pas facile d’avoir de l’information claire. Alors à défaut de savoir précisément ce qu’il fallait faire, j’ai d’abord essayé de faire preuve de bon sens. J’ai éliminé ce qui n’était pas nécessaire et qui était source de molécules potentiellement contaminantes : les bougies, le parfum, les lingettes, etc.

On imagine qu’en travaillant chez Rainett, vous savez tout de la qualité de l’air ?

Oui, mais pas seulement ! Avant de rejoindre Rainett, j’ai travaillé sur un projet de création d’entreprise visant à distribuer des produits alimentaires. En étudiant les emballages possibles, j’ai pris conscience de certaines choses. Certains peuvent contaminer les aliments à cause des encres d’impressions. Les emballages intermédiaires peuvent aussi transmettre des insecticides ou des fongicides (sacs en toile de jute pour le café ou le chocolat). J’ai alors assisté à des conférences, cherché des études publiées sur internet, et visionné des émissions.

Comment êtes-vous passée à l’action ? On vous imagine en experte du ménage écolo !

J’ai d’abord voulu mettre mes principes en cohérence avec mon emploi. Donner du sens à mon travail pour être en phase avec mon quotidien m’apparaissait essentiel. J’ai donc commencé par changer de poste. Je suis aujourd’hui ravie de travailler pour une marque qui commercialise des produits qui ont un effet positif à la fois sur la santé et sur l’environnement. Et puis, je pars du principe que c’est un chemin. On arrive jamais au bout, car on peut toujours faire mieux. Mais ce qui compte c’est d’avancer. Alors je réduis ma quantité de viandes, je choisis des aliments bio, j’essaie d’éviter la voiture, et bien évidemment j’utilise les produits Rainett quotidiennement !

Est-ce que Papa vous soutient dans ces actions pour dépolluer l’environnement de vos enfants ?

Oui, mon mari adore aller au marché, il achète surtout des produits frais et il cuisine – j’ai de la chance !!! Par contre, il est moins sensibilisé que moi sur les produits non alimentaires, souvent par manque d’informations.

Le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer ?

Aujourd’hui, je ne me vois pas vivre sans voiture. Mais on se surprend parfois à faire des choix dont on ne se pensait pas capable… Alors je me réserve le droit de ne pas avoir de limites dans mes convictions !

Partager l'article

Ces témoignages pourraient vous intéresser