Jeanne, notre Mère Veilleuse de la semaine #16

Maman de Achille, 10 ans


Retour
2.02.2020
Mères Veilleuses

Fiche d'identité

Prénom : Jeanne
Age : 39 ans
Ville : Paris
Surnoms donnés à ses enfants : Mon lapin
Maternités où elle a accouché : La Clinique Sainte Thérèse dans le 17ème arrondissement de Paris bien sûr
Ecologiquement intraitable sur : Le tri des déchets
Ce qui vous manque pour être plus écolo : De l’espace
Site Internet : www.cliniquesaintetherese.fr

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Jeanne, une femme engagée au côté de Mère Nature quasiment depuis son lancement. En effet, elle est à la tête de la Clinique Sainte Thérèse dans le 17ème arrondissement de Paris et c’est à son initiative que l’établissement a commencé à distribuer nos petits sacs ! Une femme de conviction donc, qui est aussi maman… Nous sommes allés lui poser quelques questions.

Une maman qui prend soin des autres  !

Bonjour, la première question que l’on se pose est n’est-il pas trop dur d’être directrice d’un établissement de santé et maman ?

Allier travail et vie de famille est toujours compliqué. Etre une femme complète est de nos jours encore très compliqué. J’ai toujours adoré ce que je fais et je consacre beaucoup de temps à la clinique que ce soit sur place ou à la maison le soir et le week-end. L’important est de savoir dédier des temps privilégiés. Il est certain que c’est tout de même plus facile avec un enfant unique. J’ai quelques règles, certaines habitudes que j’ai avec mon fils qui ne doivent être dérangées en aucun cas.

Avant d’être maman, faisiez-vous attention à l’environnement ?

J’ai grandi à la campagne, au milieu des arbres et des champs. Nous n’allions pas au cinéma le week-end, mais en forêt. J’ai toujours été très attentive à la nature et à sa beauté. On m’a appris à la respecter tout simplement, cela fait partie de mon éducation.

Quand avez-vous entendu parler des Perturbateurs Endocriniens ?

Lorsque j’ai accouché de mon fils et après les 4 mois d’allaitement, il a fallu que je donne des biberons. J’ai donc commencé à me renseigner sur tout ça. Je n’imaginais pas l’ampleur des dégâts.

Comment vous êtes-vous renseignée sur ces polluants ?

Comme tout le monde, je suis allée sur Internet et j’ai consulté des médias. Il y a 10 ans «l’écologie » n’était pas un sujet aussi médiatique qu’il l’est aujourd’hui, ça s’amorçait.

Comment êtes-vous passée à l’action chez vous ? Qu’est-ce qui vous a semblé le plus simple à faire ?

Le tri bien sûr, puis l’utilisation de produits moins nocifs pour notre planète et pour nous aussi, la réduction des produits emballés, etc. Aujourd’hui, je roule en vélo et quand la voiture est nécessaire, elle est électrique0

Et à la Clinique Sainte Thérèse ? Qu’est-ce qui vous a semblé le plus simple à faire ?

Ça a été un travail d’équipe. Tout le monde est impliqué à la Clinique. Nous avons commencé par supprimer les lingettes pour les remplacer par de l’eau et du coton. Nous avons lancé le recyclage des biberons. Nous avons remplacé les couches classiques par des couches éco-responsables et sans produits chimiques. Nous trions et faisons recycler le papier. Et bien sûr, nous sensibilisons les patientes avec les petits sacs Mère Nature depuis déjà plus d’un an !

Pour finir, le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer ?

J’aime les vêtements, j’aurais du mal à me résoudre à n’avoir que trois tee-shirts et pourtant l’industrie du textile est l’une des plus polluantes.

Portrait de Jeanne Renoux, Mère Nature et Mère Veilleuse #16 avec son fils

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser