Laura, notre Mère Veilleuse de la semaine #27

Maman d'Aliyah, 2 mois et demi

Retour
19.04.2020
Influenceuses

Fiche d'identité

Prénom : Laura
Âge : 27 ans
Profession : Auto entrepreneur (Marketing relationnel)
Ville : Aix-en-Provence
Surnom donné à ses enfants : Yaya
Maternités où elle a accouché : Maternité de l’Etoile à Aix-en-Provence
Écologiquement intraitable sur : Les produits pour bébé
Ce qui vous manque pour être plus écolo : De l’argent !
Compte Insta : @lauradcmps09

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Laura, une jeune maman qui n’arrivait pas à tomber enceinte jusqu’à ce qu’elle décide de faire du ménage dans son environnement quotidien… Est-ce le hasard ou a-t-elle pris la bonne décision au bon moment ? Elle est en tout cas tombée enceinte quelques mois après et est aujourd’hui maman d’une jolie petite fille. Voici son portrait.

Une maman qui ne regrette pas d’avoir changé !

Bonjour, et d’abord, comment ça va ? Ce confinement avec un bébé, on en parle ?

Ça va très bien, merci ! Je dois dire que pour le moment je vis bien le confinement. Ma fille est née fin janvier et son papa a été mis au chômage partiel… Nous sommes donc tous les trois à la maison et nous profitons de ces moments privilégiés ! Bien sûr le contexte n’est pas réjouissant, mais nous avons la chance de pouvoir le vivre comme une opportunité de nous retrouver.

A quel moment avez-vous commencé à faire attention aux perturbateurs endocriniens ?

En fait, c’est en essayant de tomber enceinte. Cela prenait un peu plus de temps que ce que j’avais espéré… Et donc au bout de 18 mois d’essais infructueux, j’ai cherché à comprendre ce qui pouvait me rendre moins fertile … C’est là que j’ai découvert que les perturbateurs endocriniens et autres polluants pouvaient avoir un effet sur la fertilité. Hasard ou pas, cinq mois après avoir revu mes habitudes de consommation, je tombais enceinte !

Comment vous êtes-vous renseignée sur ces polluants ?

Sur Internet ! Nous avons la chance d’avoir accès à beaucoup d’informations. Je me suis beaucoup fiée au site « La vérité sur les cosmétiques ». Et pour y voir plus clair, j’ai aussi pu compter sur l’aide de ma sœur qui s’intéresse au bio et au naturel depuis plusieurs années. Puis, lors de mon inscription à la maternité de l’Etoile à Aix-en-Provence, j’ai reçu le petit sac Mère Nature !

Alors, comment êtes-vous passée à l’action pour dépolluer votre quotidien ?

Cela n’a pas été difficile quand je me suis rendue compte que cela pouvait m’aider à tomber enceinte ! J’ai commencé par faire un énorme tri dans mes produits cosmétiques. Ensuite, j’ai fait du ménage dans mes produits ménagers. Enfin, on a également progressivement changé notre alimentation en privilégiant les produits bio.

Si vous deviez donner un conseil à des futures mamans qui essaient de tomber enceinte et qui ne savent pas par où commencer, que leur diriez-vous ?

Je pense que je leur dirais peut-être de commencer par des produits qu’on utilise tous les jours ou avec lesquels on est en contact permanent. On pense que cela a un coût mais pas toujours ! Remplacer son gel douche par du savon solide ou encore les produits dégraissants par du vinaigre blanc, ça coûte même moins cher !

Est-ce que Papa vous soutient dans ces actions pour dépolluer l’environnement de bébé ?

Totalement ! Je peux être vraiment très pointilleuse là-dessus (pour ne pas dire autre chose !), mais il sait que c’est important pour la santé de notre fille de faire attention à tout cela.

Le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer !?

Le Nutella … J’ai essayé, mais…

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser