Lauriane, notre Mère Veilleuse de la semaine #2

Maman de Jade, 8 ans et Tristan, 5 ans

Retour
27.10.2019
Mères en entreprises green

Fiche d'identité

Prénom : Lauriane
Age : 39 ans
Ville : Aix-en-Provence
Surnoms donnés à ses enfants : Les loulous
Maternités de naissance : Maternité de Pertuis et d’Aix-en-Provence
Ecologiquement intraitable sur : Le plastique, il y en a trop !
Plaisir coupable : Un Chaï Latte à emporter…
Compte Facebook : @aupoidschiche

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Lauriane, maman de Jade, 8 ans, et Tristan, 5 ans.  Mais, ça n’est pas tout ! Cette mam-preneuse a aussi un autre bébé… qui fête ses trois ans cette année : son food-truck, « Au poids chiche » qui propose à ses clients de consommer des produits bio en vrac ! Voici l’interview d’une Mère Veilleuse Zéro déchet !

Bonjour Lauriane, D’abord, comment ça va ? Pas trop dur d’avoir deux enfants et d’être à la tête de sa petite entreprise ?  

Ce n’est pas évident tous les jours ! Mais, c’est une belle aventure !

Vous avez créé une entreprise éco-responsable, vous avez toujours été sensible à l’environnement ?

Oui, j’ai toujours été soucieuse de mon environnement, de mon impact sur la nature. La naissance de mes enfants a bien sûr accentué ma réflexion. J’avais vraiment envie d’explorer d’autres façons de vivre, et de consommer.

Comment vous êtes-vous renseignée sur ces polluants ?

Je crois qu’un reportage sur Béa Johnson (la blogueuse et conférencière spécialiste du mode de vie « zéro déchet ») m’a vraiment fait basculer ! Après l’avoir vu, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose pour changer les choses !

Et comment êtes-vous passée à l’action ?

J’avais déjà commencé à changer en utilisant des couches lavables en ayant recours au compost. Mon but était de tendre vers une démarche zéro déchet. Du coup, progressivement, je me suis tournée vers les aliments en vrac. Mais là, je me suis rendue compte qu’il était difficile d’en trouver (en tout cas à Aix !). Et pour aller aux bouts de mes idées, j’ai donc lancé mon projet d’épicerie paysanne itinérante ! Chaque semaine, je vais donc garer mon camion épicerie sur différents marchés du territoire . Là, les clients apportent leurs propres emballages, leurs contenants, puis ils achètent les aliments au poids.

On imagine que ce ne sont pas des choses que l’on peut faire sans le soutien du papa. Vous êtes en accord là-dessus ?

Clairement, c’est impossible si on n’est pas d’accord ! Nous avons adopté ce mode de vie ensemble et progressivement. Il y a des moments où l’on recule, d’autres où l’on avance. Avec l’arrivée d’un deuxième enfant il y a des choses qui deviennent plus faciles, d’autres plus compliquées. Mais on arrive petit à petit à trouver son petit rythme. 

Pour terminer quel est le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer (rassurez-nous il y en a bien un !!!) ?

Mon camion roulant au diesel !

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser