« Chaque semaine de gagnée pour les triplés était déjà une victoire ! »

Amandine, Mère Veilleuse de Baptiste, 12 ans, Violette 8 ans, Gabin, Clément et Benjamin, des triplés de 3 ans

Retour
07.03.2022

Fiche d'identité

Prénom : Amandine
Âge : 38 ans
Profession : En congé parental
Ville : Soultzeren (en Alsace)
Prénom et âge des enfants : Baptiste, 12 ans, Violette 8 ans, Gabin, Clément et Benjamin, des triplés de 3 ans
Compte Insta : @mamandineetpapatrice

Cette semaine, nous sommes parties en Alsace à la rencontre d’Amandine, maman de 5 enfants dont des triplés de 3 ans. Elle nous raconte l’annonce surprise de sa grossesse triple et comment elle gère son quotidien sportif !

Voici son portrait !

Trois choses à savoir sur sa maternité !

Votre devise :

Vivre un jour après l’autre et ce qui n’est pas fait aujourd’hui sera fait demain !

Pour vous, la Mère Idéale :

Elle arrive à travailler, gérer sa vie de famille sans faiblir !

La pire remarque qu’on vous ait fait pendant votre grossesse :

« Tu ne vas quand même pas tous les garder ? » – venant d’un collègue quand j’ai annoncé ma grossesse triple. Il s’est excusé par la suite…

Nos questions, ses réponses

Avant d’être maman, elle était comment votre vie ?

Avant d’avoir mes enfants, ma vie était tournée autour de mon travail. J’étais caissière, mes journées de travail étaient longues. Mon mari travaille dans le bâtiment donc il avait aussi un travail prenant. Le week-end, on profitait, on faisait des sorties. On partait aussi en vacances de temps en temps. C’est certain que notre vie était beaucoup plus zen que maintenant ! (rires)

Comment s’est passée votre première grossesse ?

Ma grossesse s’est bien passée dans l’ensemble même s’il y a eu quelques petites complications. A l’échographie morphologique du 4e mois, il a été décelé que mon fils avait une fente labiale. Mais, il fallait attendre sa naissance pour savoir s’il y avait d’autres pathologies associées ou non. Il est vrai que pour un premier enfant, je ne m’attendais pas à cela. C’était stressant. Heureusement, il n’avait pas d’autres complications et il a pu se faire opérer à 6 mois. Mes premiers pas de maman ont été assez compliqués. Baptiste pleurait beaucoup et je me sentais un peu perdue. Dès que je le posais, il pleurait. Donc pour qu’il puisse se reposer – et moi aussi – je le portais en écharpe toute la journée. C’était très prenant au début.

Comme de nombreuses femmes malheureusement, vous avez, par la suite, subi une fausse couche …

Oui, entre Baptiste et Violette, j’ai perdu un bébé au début du 4ème mois de grossesse. Même si cela était tôt, c’est tout de même traumatisant. Pour la grossesse de ma fille, j’étais contente mais j’appréhendais chaque rendez-vous chez le médecin. J’avais toujours peur qu’on m’annonce une mauvaise nouvelle. Mais j’ai eu de la chance car tout s’est bien passé.

Puis, vient le choc. Alors que vous vouliez un petit dernier, on vous annonce que vous êtes enceinte de triplés ! Comment l’aviez-vous vécu ?

Je ne m’y attendais pas du tout ! C’était le choc ! La veille du rendez-vous, j’ai rêvé que la gynécologue m’annonçait que j’attendais des jumeaux. Je suis allée à ce rendez-vous seule puisque mon mari était en déplacement pendant une semaine. Quand la gynécologue me dit qu’il y a des jumeaux, j’ai rigolé et je lui ai expliqué que j’en avais rêvé la veille. Et quelques secondes après elle me dit « Oh non, je n’ai jamais vu ça ! J’en vois un troisième ». Et là, c’était compliqué pour moi. Autant des jumeaux, on peut gérer puisqu’on a deux bras mais des triplés, c’est compliqué. Je ne m’imaginais pas avoir des triplés. Pour moi, cela arrivait à la télévision, je n’en avais jamais vu dans mon entourage. C’était la panique et je ne savais plus si je devais rigoler ou pleurer. J’ai annoncé la nouvelle à mon mari par téléphone et il était assez détendu. Le soir même, il a regardé sur internet, les modèles de voitures 7 places ainsi que les poussettes triples !

Comment s’est passée votre grossesse triple ?

Les deux premiers mois ont été compliqués psychologiquement. La gynécologue m’avait dit qu’un des bébés était plus petit que la norme. Elle ne savait pas s’il allait survivre… J’ignorais si j’allais avoir des jumeaux ou des triplés à la fin. On m’a également proposé la réduction embryonnaire. Mais pour moi, s’ils étaient là tous les trois, c’était qu’il y avait une raison donc j’ai refusé. Ma grossesse triple s’est bien passée malgré la rétention d’eau. Par chance, ils étaient chacun dans une poche, ce qui est la situation la moins risquée. Même la veille de l’accouchement je faisais mes courses et j’allais chercher mes enfants à l’école !

J’avais très peur de la prématurité, je savais que je n’accoucherai pas à terme. Chaque semaine de gagner est déjà une victoire ! Ils sont nés à 35 semaines de grossesse et pesaient 2 kilos chacun. J’étais un peu déçue de ne pas avoir tenu jusqu’à 38 semaines mais ils allaient bien. Ils ne sont restés que 2 semaines en service néonat. Je n’osais pas trop les toucher au début car ils étaient dans des couveuses avec des câbles partout. C’était assez déstabilisant…

Quel était votre quotidien quand les triplés sont rentrés à la maison ?

Pour être honnête, je ne sais pas comment on a fait pour survivre ! La première année, c’est de la survie voire même du travail à la chaîne. On ne peut pas prendre son temps avec chaque enfant car il y en a trois qui réclament de l’attention. C’est frustrant surtout que je devais m’occuper des deux grands aussi. On avait le droit à des aides mais j’ai vite arrêté car ça ne me convenait pas. Chaque semaine, c’était des personnes différentes donc c’était plus stressant que soulageant. J’avais une amie qui m’aidait à emmener les grands à l’école mais je devais gérer seule les triplés.

Aujourd’hui, mon quotidien est sportif ! Il faut avoir des yeux partout, surtout qu’ils font des bêtises à répétition. Et vu qu’ils sont trois, ça n’aide pas. C’est compliqué de faire les devoirs des grands dans le calme mais j’essaie de les occuper en attendant. Je suis actuellement en reconversion professionnelle pour être assistante maternelle. J’espère ouvrir ma maison d’assistantes maternelles (MAM) en septembre 2023 !

Qu’est-ce qui vous a manqué dans votre parentalité ?

J’aurais aimé rencontrer davantage de mamans de triplés. J’avais rencontré une maman de triplés près de chez moi. Ses enfants avaient 12 ans. Mais, nous n’avons pas gardé contact. Elle était trop occupée avec le handicap de ses enfants. Je suis aussi sur une page Facebook de mamans de triplés et de quadruplés. J’aurais aimé découvrir cette page pendant ma grossesse pour me rassurer sur la gestion du quotidien, les nuits, etc.

Et puisqu’on est sur le site de Mère Nature, parlons deux minutes d’environnement pour finir ! Quel est le truc « Green » que vous faites à la maison ?

On a des poules depuis l’année dernière ! Avec des triplés, il y a pas mal de gaspillage alimentaire. Donc le reste de nos assiettes va aux poules au lieu de le jeter. On a diminué de moitié nos déchets ! On a un compost, on fait le tri. Après forcément, avec les couches et les bouteilles de lait, on est loin d’être la famille zéro déchet ! Quand ils étaient petits, ils utilisaient 30 couches par jour, soit 210 par semaine ! Une amie m’a cousu des cotons lavables, ce qui permet de limiter nos déchets.

Et pour conclure,

En un mot, vous diriez que vous êtes une maman ….

Poule ! Parfois un peu trop, même (rires) !

triplés

triplés

Partager l'article

Ces témoignages pourraient vous intéresser