Nastassja, notre Mère Veilleuse de la semaine #41

Maman d'Emile, presque 5 ans et de Gabin, presque un an

Retour
26.07.2020
Pro de santé

Fiche d'identité

Prénom : Nastassja
Âge : 37 ans
Profession : Chargée de mission en prévention santé
Ville : Septèmes-les-Vallons
Surnom donné à ses fils : Milou et Canaillou
Maternités où ses enfants sont nés : Maternité d’Antony en région parisienne et Maternité de l’Etoile à Aix-en-Provence
Écologiquement intraitable sur : Tout ce qui tourne autour des enfants – surtout l’alimentation !
Ce qui vous manque pour être plus écolo : Du temps !
Site Internet : www.asef-asso.fr
Compte Insta :@assosanteenvironnementfrance

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Nastassja, maman d’un petit Emile de presque 5 ans et de Gabin, qui aura bientôt un an.

Infirmière de formation, elle est aujourd’hui chargée de mission dans une association de professionnels de santé.

Un poste de conviction puisqu’au bureau comme à la maison, elle a à cœur de défendre la santé et l’environnement.

Croyez-nous, dans sa vie privée comme professionnelle, elle ne laisse de place à aucun polluant !

Voici son portrait.

Une maman exemplaire !

Bonjour Nastassja, vous êtes très concernée par l’écologie et la santé de vos enfants. Comment avez-vous adapté votre vie professionnelle à votre combat du quotidien ?

A la base, je suis infirmière. J’ai commencé par travailler à l’hôpital en service pédiatrie. Quand je suis devenue maman, tout a changé. Être aux côtés d’enfants malades est devenu de plus en plus compliqué à gérer émotionnellement. J’ai choisi de changer de voie. Après avoir travaillé un temps en crèche, j’ai eu la chance de trouver un emploi en parfaite symbiose avec mes valeurs. En effet, j’ai toujours porté un intérêt à la prévention primaire et ce que je fais à l’Association Santé Environnement France s’inscrit en tout point dans cette dimension.

D’où vous vient cette conviction écologique ?

Je pense que j’ai été sensibilisée depuis mon plus jeune âge. J’ai grandi en Alsace, et peut-être est-ce la proximité germanique, mais déjà dans les années 90, on nous parlait déjà de biodiversité et d’écologie à l’école. De plus, mes grands-parents maternels m’ont transmis des valeurs de respect de la nature. Une conscience qui s’est accentuée avec l’arrivée de mes enfants. Depuis la naissance d’Emile, une citation de Saint Exupéry résonne particulièrement en moi : ” Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants “.

Aujourd’hui vous voilà dans une démarche sans polluant, mais comment vous êtes-vous informée ?

Contrairement à ce que l’on peut penser, ma formation d’infirmière n’a pas été d’une grande aide puisque nous n’apprenons quasiment rien sur ce sujet. C’est une de mes tantes qui m’a informée suite à des articles de presse qu’elle avait lu sur les cosmétiques. J’ai alors commencé à me renseigner et puis de plus en plus…. et c’est l’effet boule de neige !

Quelles sont vos actions concrètes au quotidien ?

Je suis devenue végétarienne et j’essaie également de réduire ma consommation de produits laitiers. Dans le même temps, je favorise également le « fait maison » et privilégie une alimentation bio.

Vous êtes aussi une adepte du Zéro Déchet non ?

Absolument ! Je fais de mon mieux pour arriver à un quotidien zéro déchet : vracs, couches et lingettes lavables, vêtements et jouets d’occasion et produits solides. Dans cette démarche, j’ai été accompagnée par Lauriane de l’Epicerie « Au poids chiche ». Grâce à ses bons conseils, j’ai adopté une philosophie « du moins c’est mieux » : moins de produits, moins d’ingrédients dans la composition, moins d’emballages !

Vous êtes à fond ! Et le papa ? Il est aussi impliqué que vous ?

Oui, il a toujours été sensible à « Mère Nature ». Par exemple, plus jeune, lorsqu’il était encore fumeur, il a toujours mis un point d’honneur à ne jamais jeter ses mégots par terre. Aujourd’hui c’est même lui qui fait le liniment et c’est lui qui pense aux contenants alimentaires pour le vrac avant d’aller faire les courses. Il s’implique de plus en plus !

Pour finir, quel est votre truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer ?

Mon téléphone, mais aussi le fromage ! Je sais que l’industrie laitière contribue au réchauffement de la planète, mais c’est trop difficile de m’en passer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🎉***NOUVEAU MINI-GUIDE***COVID-19***LES BONS GESTES ECO-RESPONSABLES A ADOPTER*** NE PAS TRAITER LE MAL PAR UN AUTRE MAL … 👉 Téléchargement gratuit: LIEN EN BIO 📌La crise sanitaire que le monde vient de connaître tend à s’améliorer. Tous les indicateurs sont encourageants et nous pouvons, doucement, reprendre une vie plus ou moins normale. 📗Malgré tout, l’ASEF encourage tout le monde à poursuivre la vigilance pour ne pas vivre une deuxième vague. A travers ce mini-guide, téléchargeable gratuitement, l’association tient à informer le grand public de gestes simples et efficaces à adopter pour limiter la propagation du virus Sars-CoV-2. Mais aussi des conseils pour entretenir son intérieur sans le polluer davantage avec des produits inutiles et dangereux pour notre santé et l’environnement. 🌳🌍 ⚠️Les virucides certifiés NF/EN 14476 sont recommandés par les autorités pour désinfecter les surfaces et tuer ce virus. Or, ils sont accusés, pour la majorité d’entre eux, d’être nocifs pour la peau, les voies respiratoires, susceptibles d’être cancérigènes, mutagènes, perturbateurs endocriniens et favorisant l’obésité chez l’enfant ainsi que la résistance bactérienne aux antibiotiques. L’eau de javel en fait partie. Ses ventes ont explosé de plus de 120% entre le 9 et le 15 mars 2020, avec son lot d’accidents domestiques liés à son mésusage. 😷La pandémie recule mais il est de notre responsabilité, à tous, de maintenir la vigilance et de ne pas oublier les gestes barrières « qui se résument dans le respect des 3M : Mètre (un), Mains (hygiène), Masque (port) » selon l’aphorisme du Dr Philippe Carenco, médecin hygiéniste, expert AFNOR textiles de santé et membre de l’ASEF. #association #santé #environnement #covid19 #journeemondialedelenvironnement #coronavirus #sarscov2 #déconfinement #écoresponsable #écologie #desinfection

Une publication partagée par ASEF (@assosanteenvironnementfrance) le

Nastassja Wielgus Mère Nature Speaking

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser