« Je suis en pleine reconversion professionnelle dans l’accompagnement à la périnatalité » : le portrait d’Aurélie

Mère Veilleuse de Gaspard (3 ans et demi) et Léopold (6 mois)

Retour
25.10.2021
Entreprendre en étant maman

Fiche d'identité

Prénom : Aurélie
Âge : 31 ans
Ville : Montpellier
Prénom et âge de ses enfants : Gaspard (3 ans et demi) et Léopold (6 mois)
Compte insta : @smilily.ie

Cette semaine, nous sommes parties à Montpellier, à la rencontre d’Aurélie, maman de Gaspard (3 ans et demi) et Léopold (6 mois). En pleine reconversion professionnelle, elle nous raconte comment elle souhaite aider d’autres futurs parents à l’arrivée de leur enfant !

Voici son portrait !

Trois choses à savoir sur sa maternité !

Ce que vous aimeriez que vos enfants disent de vous : Qu’ils peuvent compter sur moi !

Votre livre de chevet en ce moment : Les recettes du 4ème trimestre au naturel de Julia Simon

La chose essentielle à votre journée : Avoir un instant pour moi dans la journée

 

Nos questions, ses réponses :

La métamorphose

Avant d’être maman, elle était comment votre vie ?

Je me suis installée à Montpellier 3 ans avant d’avoir mes enfants pour des raisons professionnelles. J’occupais un poste de responsable contrôle qualité. J’avais une vie plutôt tranquille, je ne me posais pas trop de questions. Nous venions d’acheter une maison avec mon compagnon. Nous aimions bien voyager et passer des petits week-ends à l’étranger, nous avons visité l’Irlande, Moscou, etc. On faisait pas mal de restaurants, on sortait avec les copains, etc.

Quand avez-vous eu envie d’être mère pour la première fois ?

C’est un peu difficile à admettre mais c’est plutôt mon compagnon qui a été demandeur. La première fois, j’ai mis du temps à accepter cette idée. Finalement, j’ai été heureuse d’être enceinte, mais c’est lui qui a été à l’origine du projet. Pour notre deuxième enfant, mon conjoint voulait réellement des enfants d’âges rapprochés et j’ai suivi son envie.

Une fois enceinte, comment se sont passées vos grossesses ?

J’ai eu de la chance, mes deux grossesses se sont merveilleusement bien passées. Je n’ai jamais été malade. J’ai très bien vécu le changement de mon corps, voir mon ventre s’arrondir, etc. J’ai adoré pouvoir communiquer avec mon enfant, lui parler, le toucher. Cette sensation d’avoir ce petit être qui grandissait en moi était magique. Ma seconde grossesse a été plus fatigante et douloureuse, mais cela coïncidait avec une période professionnelle complexe.

Mère (mais pas que !)

Et maintenant que vous êtes maman, elle est comment votre vie ?

A l’arrivée de Gaspard, j’ai eu du mal à reprendre le travail. Cela a été très dur, j’ai été arrêtée par mon médecin pendant 2 mois à la suite de mon congé maternité. L’idée de reprendre le travail m’inquiétait. Je revenais en étant devenue mère. Je trouve que dans le milieu de l’entreprise, le fait d’avoir un enfant implique dans l’esprit collectif que la salariée est moins investie dans son travail. J’ai eu beaucoup d’appréhension vis-à-vis de ce sujet. Pendant les premières années de Gaspard, j’ai stagné professionnellement, puis la situation s’est dégradée quand je suis tombée enceinte de Léopold. Ma grossesse est arrivée au même moment que la crise sanitaire. J’ai commencé le télétravail et au fur et à mesure, je me suis éloignée de mon travail. A la fin de ma grossesse, j’ai pris la décision de partir car je savais que je ne serai pas capable de revenir après mon congé maternité.

Et maintenant quels sont vos projets ?

J’ai d’abord réfléchi à une reconversion professionnelle car je me sentais complètement en décalage avec ma profession. Je me suis donc renseignée sur la profession de Doula, mon objectif étant d’accompagner les jeunes parents, les jeunes mamans, afin qu’ils/elles ne vivent pas le même sentiment de solitude que j’avais pu vivre lors de ma première grossesse. Finalement j’ai quitté mon travail, les mois ont passé et je me suis dirigée vers une formation de naturopathe certifiée par la FENA (Fédération française des écoles de naturopathie), qui a débuté en septembre et qui durera pendant trois ans.

En parallèle, après une prise de conscience commune avec le père de mes enfants, nous avons pris la décision de nous séparer. Pour notre bien commun, et celui de nos enfants. J’ai vécu une période de transition difficile, mais aujourd’hui, je me relève doucement, et j’accepte cette situation. Je profite de mes enfants une semaine sur deux. Ils me motivent à avancer dans cette « métamorphose ». Et la naturopathie est désormais mon nouvel objectif de vie, pour lequel je souhaite me consacrer à 200 %.

Qu’est-ce que vous n’avez plus fait depuis que vous êtes maman et qui vous manque ?

Pendant les 7 premiers mois de mon plus petit, je l’allaitais. J’ai donc passé peu de temps à l’extérieur, pouvoir profiter de mes amies était un réel besoin. Très proche de lui, il m’a été compliqué de sortir sans lui. Depuis, la situation a bien évolué, puisque je passe une semaine sur deux loin de lui, et de son grand frère, j’ai donc appris à prendre du temps pour moi pendant les périodes où ils sont gardés par leur papa. Paradoxalement, ils me manquent énormément, pourtant, je commence à profiter de ces moments pour m’épanouir personnellement et avancer sur mon nouveau chemin de vie…

Et puisqu’on est sur le site de Mère Nature, parlons deux minutes d’environnement pour finir ! Quel est le truc « Green » que vous faites et que le père de vos enfants ne supporte plus ou ne comprend pas ?

Les couches lavables ! Il n’adhère pas du tout et ne souhaite pas s’en servir. Personnellement, je les utilise quand je ne me sens pas débordée par la maison, par les machines à laver, etc. J’achète des petits pots en verre et non, en plastique. Mais je fais attention à ne pas trop me mettre de pression.

Et pour conclure…

En un mot, vous diriez que vous êtes une maman qui….

…est disponible et très aimante, qui perd facilement patience notamment à cause de la fatigue, mais qui est fière de ne pas s’oublier, et de prioriser pour ses enfants mais aussi pour elle-même. Parce qu’on a qu’une vie ♥️

Partager l'article

Ces témoignages pourraient vous intéresser