« J’ai eu du mal à tomber enceinte, à cause du syndrôme OPK » : le portrait d’Aline, fondatrice de Pitigaia

Mère Veilleuse de Chloé et des jumeaux Alexandre et Samuel

Retour
18.10.2021
Combattre l'infertilité

Fiche d'identité

Prénom : Aline
Âge : 37 ans
Ville : Angoulême
Profession : Fondatrice de Pitigaia
Prénom et âge des enfants : Chloé (9 ans) et des jumeaux Alexandre et Samuel (5 ans)
Compte Insta : @pitigaia.fr / @quand1plus1egal5
Site Internet : https://pitigaia.fr

 

Cette semaine, nous sommes parties à Angoulême à la rencontre d’Aline, atteinte du syndrome OPK et maman entrepreneuse de Chloé et des jumeaux Alexandre et Samuel.

Fondatrice de la marque de puériculture éco-responsable Pitigaia, elle propose des articles pour bébé fabriqués en France dans des matériaux sains et certifiés et qui s’inscrivent dans une démarche d’économie sociale et solidaire.

Elle nous raconte comment elle gère son quotidien de maman entrepreneuse de 3 enfants, dont des jumeaux.

Voici son portrait.

Trois choses à savoir sur sa maternité !

Ce que vous aimeriez que vos enfants disent de vous : « Je sais qu’elle a fait de son mieux »

Pour vous, la Mère Idéale, elle … : ne s’énerve pas, elle arrive à déconnecter de son travail, elle prend du temps pour ses enfants, elle est à l’écoute, etc.

 

La chose essentielle à votre journée : avoir au moins 30/45 min rien qu’à moi pour me préparer le matin et pour décompresser le soir.

 

Nos questions, ses réponses :

La métamorphose

Avant d’être maman, elle était comment votre vie ?

J’avais une vie plutôt simple, centrée sur mon couple depuis près de 10 ans. J’ai une formation de styliste modéliste et j’étais déjà entrepreneuse. J’avais une boutique de vêtements et accessoires féminins à Angoulême. Je proposais à la fois mes créations et ceux des créateurs de la région. Après cette expérience, j’ai travaillé dans la vente pendant une douzaine d’années.

Quand avez-vous eu envie d’être mère pour la première fois ?

J’ai toujours eu envie d’être maman. Aussi loin que je me rappelle, je ne voyais pas ma vie sans enfant. Je me suis toujours dit que je privilégierai ma vie personnelle à ma vie professionnelle et que je consacrerai ma vie à mes enfants. Je m’étais fixée un âge limite dans ma tête : à 25 ans, je devais avoir au moins un enfant. Mais, j’ai attendu que le papa ait le déclic. Au final, j’avais 28 ans quand j’ai eu ma première mais cela a été plus compliqué que prévu. J’ai eu du mal à tomber enceinte, à cause du syndrome OPK (ovaires polykystiques). C’est très certainement lié à l’environnement et aux perturbateurs endocriniens auxquels j’étais exposée. Cela explique l’engagement de ma marque à ce sujet-là. J’ai mis plus de deux ans à tomber enceinte et c’était le plus beau jour de ma vie quand j’ai su que cela avait fonctionné !

Une fois enceinte, comment se sont passées vos grossesses ?

Pour ma première grossesse, tout s’est hyper bien passé, c’était génial ! Je n’ai jamais été malade. Après un an d’essai pour un second enfant, on a fait une PMA (procréation médicalement assistée). C’était différent de ma première grossesse où j’avais juste eu une stimulation. Pour ma deuxième grossesse, j’ai eu une insémination artificielle et c’était compliqué. Une fois enceinte, tout s’est bien passé. Mon plus grand regret est d’avoir eu trois enfants avec seulement deux grossesses et de me dire que je ne serai plus jamais enceinte !

Mère (mais pas que !)

Et maintenant que vous êtes maman de jumeaux et d’une grande fille, elle est comment votre vie ?

Lorsque j’ai eu ma fille, je travaillais dans la vente dans une galerie marchande. J’avais des horaires très compliquées et peu compatibles avec une vie de famille. Le magasin fermait à 20h et je ne rentrais pas avant 21h. Je me rappelle encore la première fois où je suis rentrée, c’était l’apocalypse à la maison alors qu’elle devait être couchée ! Mon mari était débordé ! Aujourd’hui, je m’occupe de la famille toute seule la semaine parce qu’il travaille loin du mardi au samedi soir. Je n’ai pratiquement personne pour me relayer avec les enfants. Ce qui est compliqué avec des jumeaux, c’est le sommeil : il n’y a pas de pause. On ne s’ennuie pas avec trois enfants ! C’est chouette même si on a peu de moments de repos.

Qu’est-ce que vous n’avez plus fait depuis que vous êtes maman et qui vous manque ?

Pouvoir penser à moi et ne plus avoir à me préoccuper d’autre chose, au moins de temps en temps.

Et puisqu’on est sur le site de Mère Nature, parlons deux minutes d’environnement pour finir ! Quel est le truc « Green » que vous faites et que votre conjoint ne supporte plus ou ne comprend pas ?

Tout ! Nous ne sommes pas du tout sur la même longueur d’ondes avec mon conjoint, il a des petites prises de consciences, mais c’est tout. Que ce soit en termes de produits d’hygiène ou de produits ménagers, il ne fait pas attention à ce qu’il achète. Même pour le jardinage, il préfère utiliser le désherbant alors qu’il existe des solutions bien plus saines pour notre santé et pour la planète.

Et pour conclure…

En un mot, vous diriez que vous êtes une maman qui….

Qui n’est pas parfaite mais qui fait de son mieux en essayant de jongler avec toutes les responsabilités qu’elle a !

maman de jumeaux

Partager l'article

Ces témoignages pourraient vous intéresser