Tiphanie, notre Mère Veilleuse de la semaine #56

Maman de Eliot, 4 mois

Retour
8.11.2020
Mères Veilleuses

Fiche d'identité

Prénom : Tiphanie
Âge : 27 ans
Profession : Préparatrice en pharmacie
Ville : Tours
Maternité où vous avez accouché : Pôle Santé Léonard de Vinci
Écologiquement intraitable sur : Les détritus jetés par terre
Ce qui vous manque pour être plus écolo :  Plus de sensibilisation
Compte Instagram et site internet : @___tiphanie__

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine !

A l’occasion de la journée de l’infertilité, nous sommes parties à la rencontre de Tiphanie, préparatrice en pharmacie et maman du petit Eliot, son bébé miracle.

Elle a suivi un long parcours de PMA qu’elle nous partage en toute transparence.

Voici son portrait.

Une maman que rien n’arrête !

Bonjour, D’abord, comment ça va ? Au quotidien pas trop dur d’être maman et de travailler ?

Oui c’est un vrai chamboulement. C’est plutôt physique ! Le matin c’est intense, car je me lève plus tôt pour pouvoir me préparer et m’occuper de bébé. Mais ,comme je suis de nature très organisée, je me suis facilement adaptée à cette nouvelle vie. Malheureusement mon travail ne me permet pas de rentrer assez tôt pour passer des moments tendres avec lui le soir… C’était une habitude que nous avions pendant mon congés maternité, et ça me manque ! C’est le seul changement difficile.

A quel moment avez-vous commencé à faire attention aux Perturbateurs Endocriniens ? Est-ce que c’est arrivé avec bébé ?

C’est arrivé quand on a su que nous allions avoir recours à une PMA. Je ne m’étais pas vraiment posée la question avant mais cette nouvelle m’a fait prendre conscience que je devais agir. Je travaille en pharmacie, alors j’ai pu m’informer facilement sur ces questions.

Justement, puisque vous en parlez, comment s’est déroulé votre parcours de PMA ?

Nous avons essayé naturellement pendant un an, sans succès. Notre gynécologue nous a annoncé que nous ne pourrions pas avoir d’enfant à cause de la maladie de mon conjoint qui est atteint de la mucoviscidose. Nous avons appris qu’il était infertile. Alors, nous avons pris la décision de recourir à la PMA. Nous avons eu recours à deux FIV avec deux protocoles différents qui se sont soldés par deux échecs… C’était extrêmement dur mentalement, mais il fallait aller de l’avant. Après ça, on nous a annoncé qu’il fallait passer à un accueil embryonnaire, c’est-à-dire, recevoir l’embryon d’un autre couple anonymement. Décision difficile mais nous l’avons accepté pleins d’espoirs. Le désir d’avoir un enfant était trop fort pour abandonner.

Comment avez-vous surmonté toutes ces épreuves ?

Notre combat a duré trois ans. C’est très dur de tenir mentalement. La décision d’avoir recours à un accueil embryonnaire nous a quand même fait garder espoir. Après tout, même s’il n’allait pas avoir nos gênes, j’allais le porter durant neuf mois. Eliot serait notre enfant et il connaitra toute son histoire. Nous sommes très heureux d’avoir pris cette décision puisque la fécondation a réussi et j’ai fini par tomber enceinte ! Toutes nos inquiétudes ont alors été remplacées par un bonheur immense. Neuf mois de grossesse idyllique pour en conclusion nous offrir le plus beau des bébés. Ce fut un test pour notre couple, mais nous en sortons encore plus soudés que jamais et notre amour est encore plus fort.

Aujourd’hui vous faites plus attention à ce que vous consommez ?

Oui, depuis que je suis maman je suis plus vigilante. Mais j’avoue que je privilégie plus l’alimentation de bébé que la nôtre. Côté alimentation, je fais tous ses repas, ses compotes, il mange uniquement des produits frais. La prochaine étape c’est de faire mon potager pour avoir mes propres légumes. Sinon, en dehors de l’alimentation, j’utilise aussi des lingettes biodégradables et je fais ma propre lessive.

Est-ce que Papa vous soutient dans ces actions pour dépolluer l’environnement de bébé ?

Oui, il me suit totalement. Après tout ce parcours compliqué, nous voulons que notre enfant ait la meilleure santé possible.

Le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer !?

Les cotons ! J’ai plein de cotons lavables mais je n’arrive pas à m’y mettre !

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser