Valérie, notre Mère Veilleuse de la semaine #35

Maman de Maud, 8 ans, et Axel, 6 ans

Retour
14.06.2020
Mères Veilleuses

Fiche d'identité

Prénom : Valérie
Âge : 40 ans
Profession : Consultante
Ville : Ventabren, à côté d’Aix-en-Provence
Surnom donné à ses enfants : Pucette et Bilou
Maternité où ses enfants sont nés : Maternité de l’Etoile à Aix-en-Provence
Écologiquement intraitable sur : Le plastique
Ce qui vous manque pour être plus écolo : Encore plus d’organisation pour avoir encore plus de temps !
Site Internet : www.valua.fr

L’interview de notre Mère Veilleuse de la semaine

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Valérie, maman de deux enfants et consultante indépendante. Ingénieure en génie biologique, elle a créé lors de sa première grossesse sa propre entreprise d’accompagnement des fabricants de dispositifs médicaux. En deux mots, elle les aide à faire en sorte que leurs respirateurs (pour rester dans l’actualité), leurs valves cardiaques ou leurs prothèses de hanche soient remboursés par la Sécurité Sociale et donc accessibles aux patients. En parallèle, elle anime également la commission santé du réseau féminin d’entrepreneurs « Entrepreneurielles ». Entre un cours de danse (et oui, elle fait aussi du sport en plus 😊) et un rendez-vous professionnel, elle a pris le temps de nous répondre. Voici son portrait.

Une maman experte en gestion du temps

D’abord, comment ça va ? Au quotidien pas trop dur d’être maman et de travailler ?

Personnellement, j’ai choisi de démarrer mon activité de consultante indépendante justement pour avoir un équilibre entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle. Je travaille autant que lorsque j’étais salariée mais différemment. Ça me donne plus de souplesse pour m’organiser : je peux être disponible pour les sorties scolaires et le mercredi, je peux faire de la danse – et ensuite je me rattrape le week-end et le soir.

Vous êtes donc maman. Est-ce que la maternité vous a incité à faire attention aux Perturbateurs Endocriniens ?

Quand je suis tombée enceinte, nous vivions en plein centre de Paris – moi qui suis Savoyarde à l’origine ! Il se trouve que c’est justement à ce moment-là que mon conjoint a eu une opportunité de poste dans le sud. Nous avons décidé de la saisir et nous avons opté pour un petit village avec une maison. Nous voulions un jardin pour faire notre potager. C’est vrai que quand on attend un enfant tout change. On commence à réfléchir à ce qu’on mange, à l’impact de l’environnement sur le développement de l’enfant, etc.

Comment vous êtes-vous renseignée sur ces polluants ?

J’ai beaucoup lu sur Internet. Ma gynécologue m’avait donné beaucoup de conseils. Et comme j’avais du temps, j’ai lu « Attendre mon enfant », le gros livre de la naissance de Laurence Pernaud.

Comment êtes-vous passée à l’action pour dépolluer votre famille alors ?

D’abord, nous avons déménagé. Enceinte, j’ai banni les vernis à ongles. J’ai commencé à faire très attention au maquillage également. Dans la cuisine, je me suis séparée de toutes mes boîtes en plastiques et du film étirable. Je mets une assiette ou un couvercle, ça protège aussi bien et ça me rappelle ma grand-mère… J’ai allaité mes enfants pendant 6 mois et ensuite, ils ont eu des biberons en verre uniquement. Je fais aussi un maximum de cuisine maison. J’essaie de faire mes yaourts moi-même, même s’il m’arrive d’en acheter aussi. J’avoue que le robot multifonction m’aide beaucoup. J’ai aussi un compost et je me suis récemment acheté un vélo !

Est-ce que Papa vous soutient dans ces actions pour dépolluer l’environnement de bébé ?

Il ne me contredit pas ! Ce qui est déjà pas mal.

Le truc non écolo dont vous ne pourrez jamais vous passer !?

Mon déo aux sels d’aluminium et mon vernis !

Partager l'article

Ces portraits pourraient vous intéresser