Vivre sereinement son allaitement ? L'histoire de Camille, @lolohelpeuse

Mère Veilleuse d'Eileen, 7 ans, Azélie, 3 ans, et Anatole, 6 mois

Retour
05.04.2021
S'occuper de sa famille à 100%

Fiche d'identité

Prénom : Camille
Âge : 29 ans
Profession : Technico-commerciale
Ville : Région Auvergne Rhône-Alpes
Prénom et âge de ses enfants : Eileen, 7 ans, Azélie, 3 ans et Anatole, 6 mois
Compte Insta : @camille.lolohelpeuse 

Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de Camille, maman de trois enfants. Passionnée par l’allaitement maternel, elle partage ses précieuses connaissances acquises au fil des tétées sur son compte Instagram @camille.lolohelpeuse.

Elle a accepté de nous livrer ici sa perception de la maternité et quelques anecdotes sur ses aventures lactées.

Trois choses à savoir sur sa maternité !

La chose essentielle à votre journée : 

Les tétées en peau à peau avec Anatole

Les chansons que vous écoutiez en boucle pendant votre grossesse :

Norah Jones et Ayo sans hésiter

Votre berceuse préférée pour les endormir :

« Amah ô » une berceuse indienne

Nos questions, ses réponses

La métamorphose

Avant d’être maman, elle était comment votre vie ?

J’ai été maman jeune, puisque je suis devenue maman à 21 ans. A l’époque, ma vie était donc celle d’une étudiante entre cours, fêtes et petits boulots ! Quand j’y repense, je trouve que c’était une vie plutôt fade.

Quand avez-vous eu envie d’être mère pour la première fois ?

Nous avons décidé de nous marier et de lancer tout de suite le projet bébé. J’ai eu de la chance, car je suis tombée enceinte immédiatement.

Une fois enceinte, comment s’est passée votre grossesse ?

J’ai très mal vécu mes grossesses. La première a été compliquée physiquement. J’ai pris beaucoup de poids, j’avais des saignements et petit plus, j’ai eu un prurit sur tout le corps ! Un vrai bonheur ! Puis, à partir du 6ème mois, j’ai carrément dû être alitée… Comme vous l’imaginez, ce n’était donc pas la grossesse de mes rêves. Ma deuxième grossesse était plus sereine, mais j’ai aussi dû être alitée très tôt. Et pour la dernière, j’ai fait une dépression prénatale…Mais, malgré tout, j’ai toujours garder l’envie d’allaiter.

Mère (mais pas que !)

Et maintenant que vous êtes maman, elle est comment votre vie ?

Après ma première grossesse, j’ai repris le travail tout de suite. Je faisais mes 50 heures de travail par semaine tout en gérant mon allaitement ! C’était vraiment dur. Pour la deuxième, j’ai aussi choisi d’allaiter et cette fois, je cumulais mon job et les études que j’avais reprises… Et pour couronner le tout, Azélie a eu d’important soucis de santé… Donc, pour mon dernier, j’ai choisi de prendre un congé parental et là, je savoure totalement ! C’est vraiment le gros gros kiff ! Ma vie d’avant à 3 000 à l’heure ne me manque pas du tout. Je profite de chaque minute et je peux vivre mon allaitement sereinement. Il y a, certes, beaucoup d’organisation avec trois enfants, mais c’est aussi beaucoup de bonheur. Le plus difficile en ce moment, c’est surtout de les protéger de l’environnement anxiogène dans lequel nous vivons du fait du coronavirus.

Qu’est-ce que vous n’avez plus fait depuis que vous êtes maman et qui vous manque ?

Je dirais voyager… Mais ce n’est pas vraiment parce que je suis devenue maman, c’est surtout parce qu’à cinq, un voyage est tout de suite un énorme investissement !

Et puisqu’on est sur le site de Mère Nature, parlons deux minutes d’environnement pour finir ! Quel est le truc « Green » que vous faites et que votre conjoint ne supporte plus ou ne comprend pas ?

D’abord, j’ai opté trois fois pour l’allaitement maternel, donc pour la planète c’est plutôt bon ! Au delà de ça, on achète en circuit court, directement chez le producteur. Nous avons un potager, un compost, des poules… On a réduit notre consommation de viande également et je cuisine au vitaliseur. Mais, je dois l’avouer, mon conjoint est peut-être même plus green que moi !

Et pour conclure…

En un mot, vous diriez que vous êtes une maman qui….

Une maman qui profite de chaque petite seconde qui s’écoule en sachant qu’elle ne reviendra jamais ❤️.

Partager l'article

Ces témoignages pourraient vous intéresser