Un atelier Mère Veilleuse ? Comment ça se passe ?

Retour
15.07.2021

Vous avez entendu parler des ateliers Mère Veilleuse et vous vous demandez en quoi ils consistent ? Quels sont les thèmes abordés ? Comment pouvons-nous vous aider ?

Si vous avez l’impression d’être débordée et que vous vous sentez vous vous sentez incomprise : nos ateliers Mère Veilleuse sont là pour vous !

Les ateliers pour le bien être des mamans

Des ateliers pour dépolluer son mental

Jeudi 10 juin, cinq mamans ont participé à un atelier Mère Veilleuse en visio-conférence animé par Nathalie Galloux, formatrice et Ludivine Ferrer, fondatrice de Mère Nature Speaking. Avec la crise sanitaire, 2020 a mis en lumière la charge mentale qui repose sur les mères. Ces ateliers visent à dépolluer son mental en donnant des clés pour que chacune puisse trouver des solutions adaptées à sa propre situation. Les mamans sont amenées à réfléchir et à se demander « Qu’est-ce qui me permettrait de mieux vivre mon quotidien ? »

Être une maman en 2021, c’est quoi ?

Plusieurs mamans sont d’accord : être une maman en 2021, c’est être sur tous les fronts : concilier vie de famille, ménage et carrière professionnelle. Faire du sport, être dans la bienveillance, prendre soin de soi font partie de l’image de la maman idéale que donne la société. Ajoutée à la pression que l’on se met soi-même pour être la meilleure maman possible, vient l’injonction de la famille, des amis et surtout des autres femmes. Oser s’affirmer demande suffisamment d’audace : il faut du courage pour penser différemment des autres et suivre son propre chemin.

Quand l’idéal qu’on imagine à l’arrivée d’un premier enfant est loin de la réalité …

De nombreuses mamans s’imaginent ce que sera leur vie une fois leur enfant né, mais la réalité peut être loin de cet idéal. Entre les pleurs de bébé et les nuits sans sommeil, votre quotidien peut s’avérer plus compliqué que prévu ! Chaque maman a des croyances sur sa maternité idéale qui viennent de son parcours de vie, de son passé, etc. Nathalie Galloux précise qu’il faut savoir se faire confiance et prendre le temps de s’écouter. Une des mamans témoigne : « l’arrivée de mon premier a été un tsunami ! Un cap est passé lorsque je me suis autorisée à ne pas suivre les conseils de tout le monde et que j’ai commencé à m’écouter moi-même ».

L’importance d’être informée pendant la grossesse

Prévenir sur la parentalité, ça veut dire quoi ? Plusieurs mamans ont expliqué qu’elles ont mieux vécu l’arrivée de leur second enfant car elles avaient déjà une expérience de la maternité et n’étaient plus dans l’inconnu. Savoir en amont les difficultés potentielles permet de mieux les vivre lorsqu’elles surviennent car on sait à quoi s’attendre. On prépare beaucoup le jour j de la naissance mais moins la parentalité dans sa globalité. Une des mamans confirme cette idée : « Si j’avais été mieux informée au préalable, j’aurais mieux vécu ma maternité et j’aurais davantage eu de pistes pour trouver des solutions ».

Prendre du temps pour soi est essentiel

« Si je suis apaisée, mon bébé le sera aussi », témoigne une des mamans. Prendre du temps pour soi, être bien dans sa tête et dans son corps permet d’être bien avec bébé après. En tant que maman, on sait qu’il faut se garder des moments rien qu’à soi mais le passage à l’acte est plus compliqué.

Certaines mamans expriment qu’elles n’osent pas demander de l’aide pour garder leurs enfants car elles ne veulent pas se sentir redevables ou partent du principe qu’il s’agit de leurs enfants donc elles doivent les assumer en permanence. Mais être une bonne maman, n’est-ce pas aussi savoir demander de l’aide quand on sait qu’on ne peut pas le faire seule ? « Etre avec d’autres personnes peut faire beaucoup de bien à l’enfant », ajoute Nathalie Galloux. Si on ne veut pas se sentir redevable, une solution consiste à payer une nounou pour garder son enfant.

On peut également proposer des sorties à ses copines jeunes mamans, avec leur(s) enfant(s) ou non, pour qu’elles s’évadent un bref instant de leur quotidien. Un proverbe ancien dit « Il faut tout un village pour élever un enfant ». Il ne faut pas attendre d’être dans l’extrême pour demander de l’aide mais il faut agir avant.

Le retour au travail après bébé, un moment redouté

Qui va garder mon enfant à la reprise du travail ? Sera-t-il en sécurité ? « Je reprends bientôt mon poste et toutes mes demandes de place en crèche sont refusées, comment vais-je faire ? » témoigne une maman. L’inquiétude à la reprise du travail est un sentiment partagé par de nombreuses mamans. D’autant que les réunions professionnelles tardives ou à la dernière minute peuvent compliquer la situation. Il est important d’oser demander de l’aide : la croyance ancienne de nos grands-mères qui géraient tout toutes seules n’est plus valable de nos jours. Les modes de vie ne sont plus les mêmes. Dans la plupart des cas, elles ne devaient pas jongler entre la famille et des obligations professionnelles. De plus, elles vivaient davantage en groupe, etc.

Trois pistes pour se sentir mieux dans son rôle de maman :

  • 1 Se rendre compte de tout ce qu’on donne à nos enfants : on garde généralement toujours le négatif et on ne rend pas compte de tout ce qu’on fait pour eux. Vous leur donnez de l’amour, du temps, du sommeil, de l’attention, etc.
  • 2 Arrêtez de culpabiliser. Par définition, on est coupable quand on commet une faute. Être maman et faire son maximum pour ses enfants n’est pas une faute !
  • 3 Osez parler de vos difficultés. Vous avez le droit d’avoir de vous sentir fatiguée et de vouloir être entendue, comprise. Tout le monde veille au bien-être de bébé mais qui veille sur celui de la maman ?

Vous avez envie de participer et mieux gérer votre charge mentale ? Rendez-vous sur notre site internet pour connaître les prochaines dates de nos ateliers Mère Veilleuse !

Partager l'article